Où vas-tu petit garçon?
Je vais à l’école
Quand reviendras-tu?
Jamais
On me gavera
On m’endormira
On me hachera
On me mangera
Tralala lala

Où vas-tu petit garçon?
Je vais à l’école
Quand reviendras-tu?
Jamais
Qui te mangera?
Un bourgeois bien gras
Un marchand de soie
Un plein de caca
Tralala lala

Où vas-tu petit garçon?
Je vais à l’école
Quand reviendras-tu?
Jamais
Mon père es-tu là?
Je prends mon cabas
Mon maître es-tu là?
Je prends mon compas
Allons dans le bois
Tralala lala

Où vas-tu petit garçon?
À la boucherie
Quand reviendras-tu?
Jamais

    Brigitte Fontaine
    (1972)

16 myśli na temat “

  1. Po francusku? Obawiam się, że przy postach w tym języku będzie Pan rozmawiał sam ze sobą na swoim blogu. :)

  2. (ale, skoro Lud — Rząd da…)

      Where do you go little boy?
      I go to Quand school
      do you will return?
      Never
      Me will be force-fed
      Me will be deadened…
      (…)

    (no, dobra: Automat ;–)

  3. A przed szkołą można uciec w bycie „artysta”, pamięta Pan balladę Aznavour’a;)

    J’habite seul avec maman
    Dans un très vieil appartement
    Rue Sarasate
    J’ai pour me tenir compagnie
    Une tortue deux canaris
    Et une chatte
    Pour laisser maman reposer
    Très souvent je fais le marché
    Et la cuisine
    Je range, je lave, j’essuie,
    A l’occasion je pique aussi
    A la machine
    Le travail ne me fait pas peur
    Je suis un peu décorateur
    Un peu styliste
    Mais mon vrai métier c’est la nuit.
    Que je l’exerce en travesti :
    Je suis artiste
    Jai un numéro très spécial
    Qui finit en nu intégral
    Après strip-tease
    Et dans la salle je vois que
    Les mâles n’en croient pas leurs yeux.
    Je suis un homme, oh !
    Comme ils disent

    Vers les trois heures du matin
    On va manger entre copains
    De tous les sexes
    Dans un quelconque bar-tabac
    Et là on s’en donne à cœur joie
    Et sans complexe
    On déballe des vérités
    Sur des gens qu’on a dans le nez
    On les lapide
    Mais on fait ça avec humour
    Enrobé dans des calembours
    Mouillés d’acide
    On rencontre des attardés
    Qui pour épater leurs tablées
    Marchent et ondulent
    Singeant ce qu’ils croient être nous
    Et se couvrent, les pauvres fous
    De ridicule
    Ça gesticule et parle fort
    Ça joue les divas, les ténors
    De la bêtise
    Moi les lazzi, les quolibets
    Me laissent froid puisque c’est vrai.
    Je suis un homme, oh !
    Comme ils disent

    A l’heure où naît un jour nouveau
    Je rentre retrouver mon lot
    De solitude
    J’ôte mes cils et mes cheveux
    Comme un pauvre clown malheureux
    De lassitude
    Je me couche mais ne dors pas
    Je pense à mes amours sans joie
    Si dérisoires
    A ce garçon beau comme un Dieu
    Qui sans rien faire a mis le feu
    A ma mémoire
    Ma bouche n’osera jamais
    Lui avouer mon doux secret
    Mon tendre drame
    Car l’objet de tous mes tourments
    Passe le plus clair de son temps
    Au lit des femmes
    Nul n’a le droit en vérité
    De me blâmer de me juger
    Et je précise
    Que c’est bien la nature qui
    Est seule responsable si
    Je suis un homme, oh !
    Comme ils disent

  4. bosz, co ja narobiłem: Pani aanne się dowiedziała, że znamy (ze słyszenia ;–) język (Nam) obcy…

    1. Panie Makowski, przecież Pan wie i ja to wiem, że w porównaniu z mła, Pan to uprzywilejowana grupa społeczna, która w komunie mogła „elytarne” francuskie liceum dla dzieci dyplomatów i pieszczoszków systemu ukończyć. Z tego co pamiętam to z mojego pokolenia uczennicą tej szkoły była Agata Passent córka Passenta i Osieckiej.
      Mła jako „bylekto”, czyli „nonejm” mogła tylko gówniane, prowincjonalne liceum ukończyć z obowiązkowym ruskim. A języków „łobcych” uczę się na wygnaniu i o zgrozo sama za to płacę.

      1. Tak, i dodam, że moje Lycee — było otoczone drutem kolczastym, aby nikt inny (i.e. Prawdziwipolacy) nie miał z nami kontaktu.
        (a ten mój Kolega, z ktorym w ławce siedzialem, Roman G. — którego matka była Suwnicową w hucie „warszawa” a ojciec Hutnikiem tamże — był oczywiście sztucznym Automatem Szpiegującym und Propagandą Wiadomą Giewu.)

Możliwość komentowania jest wyłączona.